Saint-Jean-de-Losne, charmante cité bourguignonne située en bord de Saône, premier port fluvial de plaisance en eau intérieure, au passé glorieux, est aimée des peintres, des vacanciers, des touristes et des plaisanciers. Nous tenons à elle, et c'est pourquoi nous avons décidé de vous parler de son patrimoine, de son histoire, des activités culturelles, associatives et sportives qui s'y déroulent. Soyez nombreux à nous lire. Merci. Pierre Marie et Michelle Guéritey

lundi 15 avril 2013

La mémoire collective à Pagny-la-Ville et à Saint-Jean-de-Losne

Les deux derniers exposés de la journée procèdent de cette méthode qui permet de collecter et de conserver les sources de l’histoire contemporaine. Elle s’applique aux traditions populaires, aux patois, aux chants et à la musique, et à l’histoire récente des villages.

Pagny-la-Ville : c’est vers 1960 que tout a changé / Jean-Louis Rousselet

Attentif à l’histoire et au patrimoine de son village dès son plus jeune âge, Jean-Louis Rousselet raconte Pagny-la-Ville tel qu’il l’a connu avant les grands bouleversements de la vie à la campagne. Il s’appuie sur une présentation très soignée où les photographies de collections privées complètent les nombreuses cartes postales anciennes. Son exposé concis et très vivant évoque la plupart des aspects de la vie quotidienne, l’économie rurale, les entreprises et les commerces, la rivière avec la pêche et la navigation, l’école, les conscrits,  …


Vestiges de la féculerie de Pagny-la-Ville (mars 2013)

Jean-Louis Rousselet a rédigé, entre autres, une monographie de Pagny-la-Ville, en vente à l’antenne de Seurre de l’Office de Tourisme Rives de Saône.


«Racontez-nous Saint-Jean-de-Losne» ou «Saint-Jean-de-Losne raconté par ses rues » / Michelle Guéritey
L'exposé de Michelle Guéritey termine cette première journée d’études en présentant les réunions de collecte de la mémoire qu’elle a réalisées à Saint-Jean-de-Losne au début des années 2000 dans le cadre des soirées « Racontez-nous Saint-Jean-de-Losne » de l’association « Promo Saint-Jean » dont elle était la présidente.
Des réunions entre quelques personnes ressources particulièrement intéressées par la mémoire de la ville ont précédé des séances publiques où chacun pouvait apporter sa contribution. Ces réunions étaient très fréquentées, des enregistrements audio et vidéo ont été réalisés et sont conservés.
Parmi les nombreux thèmes traités dans ces réunions, Michelle Guéritey développe celui des commerces de Saint-Jean-de-Losne et des nombreuses boutiques qui se trouvaient le long des rues jusque dans les années 80. L’interrogation de la mémoire collective a permis de reconstituer l’histoire de ces boutiques, la succession des commerces qui les ont animées.
La boulangerie Jeandot, lors de la Gallas 1936.
Pour la plupart, des photos de diverses époques ont été rassemblées rue par rue sur des panneaux dont quelques-uns sont présentés. Une exploitation systématique dont la forme reste à définir permettrait de mettre en valeur ces documents qui attestent de l’importance de la ville en tant que chef-lieu de canton.
______________

Une partie de l'assistance lors de la première journée d'études Histoire et Patrimoine
du Val de Saône du 6 avril 2013

Textes Pierre Marie Guéritey, 2013.

Pour lire le n°1 de "Patrimoine du val de saône" cliquez sur le lien ci-dessous

Eglises de Saint-Jean-de-Losne, des Maillys, et Croix Girard à Losne au programme de la 1ère journée d'études Histoire et Patrimoine

Coups d’œil sur des églises :
L’église de Saint-Jean-de-Losne se signale par son mobilier des XVIIe et XVIIIe siècles, que les habitants ont su conserver pendant le Révolution et ensuite enrichir au XIXe siècle. Construite en briques au XVIe siècle, cette grande église utilise au mieux l’espace disponible dans la petite ville, elle est un exemple de gothique flamboyant où la renaissance s’invite par les colonnes inspirées de l’antique remplaçant les piliers de la nef.
Lors de la visite, Pierre Marie Guéritey a insisté entre autres sur l’intérêt de l’ensemble de la chaire à prêcher réalisée par Hugues le Rupt en 1604, et munie d’un nouvel abat son en 1782 par les stucateurs italiens qui travaillaient au maître-autel. Antoine Marquetty, originaire de Mollia dans le Val Sesia a créé de 1781 à 1784 un décor complet pour le chœur avec un baldaquin monumental qui met en valeur la symbolique religieuse de l’agneau. L’idée originale de ce décor grandiose est la mise en lumière à contre-jour par les verrières de l’abside garnies à l’époque de verres colorés. L’orgue historique du facteur Bénigne Boillot, construit en 1768 a aussi été préservé et reste aujourd’hui dans un état proche de son état d’origine.
Pierre Marie et Michelle Guéritey publient régulièrement des articles sur le patrimoine de Saint Jean de Losne et de la Communauté de Communes Rives de Saône, sur le présent blog :

L’église des Maillys / Pierre Marie Guéritey
L'église des Maillys, dont Pierre-Marie Guéritey présente ensuite l’histoire des deux reconstructions au XIXe siècle est dans sa forme néogothique actuelle, achevée en 1869, un des meilleurs exemples de la production de l’architecte auxonnais Phal-Perron. On lui doit la construction de nombreux bâtiments municipaux dans tout le Val de Saône au milieu du XIXe s. Les églises de Lamarche-sur-Saône, de Pagny-le-Château et de Labergement-les-Seurre sont des œuvres de cet architecte. Aux Maillys, une église ancienne restaurée après la Révolution, puis une église presque entièrement reconstruite dans le style néoclassique de 1823 à 1834 ont précédé l’église actuelle. Ce dossier est l’occasion pour Pierre-Marie Guéritey d’évoquer d’une manière plus générale la question de la reconstruction des églises qui s’inscrit parmi les actions d’urbanisme dans les villages au XIXe : évolution du style architectural, cadre religieux et administratif, influence des évêques bâtisseurs et des notables (aux Maillys, madame de Berbis), sans oublier la question du financement…
L’église actuelle a coûté 170000 frs, la commune des Maillys, malgré l’étendue de son territoire et de ses bois, et la générosité de la châtelaine a peiné à financer ce grand chantier auquel une partie de la population était opposée…
Pierre-Marie Guéritey en profite pour rendre hommage au travail de Paul Jovignot, habitant des Maillys qui a réalisé en 2006 une monographie du village (« Si Mailly m’était conté »). Cet ouvrage contient une synthèse de l’histoire du village et des témoignages précieux pour la mémoire du passé proche.

La Croix-Girard à Losne (Maison-Dieu) / Alain Cessot
Alain Cessot, qui travaille depuis de nombreuses années sur l’histoire de l’abbaye et du village de Losne, présente une réalisation concrète intéressante effectuée avec l’appui de la municipalité.
Les anciens terriers qu’il a analysés attestent l’existence de cette croix en bordure de chemin. Seul un arbre restait à ce carrefour…
A l’occasion de la reprise des sépultures au cimetière communal, il a pu sauvegarder en février 2009 une stèle de pierre surmontée d’une croix en fonte.
Il a nettoyé, regravé cette stèle, réparé la croix et placé l’ensemble sur un socle réalisé avec l’aide des employés municipaux.
Cette croix qui a repris la place de l’ancienne au carrefour a été inaugurée et bénite par le père Joseph N’Kouka le 23 octobre 2010 en présence du maire de Losne Yvan Zadoinoff.

Les cahiers de Losne Chaugey Maison-Dieu hors Série n°2, Alain Cessot 2010
http://alain.cessot-losne.pagesperso-orange.fr

Textes de Pierre Marie Guéritey, 2013

vendredi 12 avril 2013

Le Saint Nicolas bientôt restauré …


A propos du bateau  « Le Saint Nicolas » suspendu depuis le 6 décembre 1826 dans l’église, à plus de 6 mètres au dessus de l’ancien autel de Saint-Nicolas, nous indiquions dans notre message du 18 août 2012, que
« classé monument historique en 1962, le bateau s’est dégradé rapidement ces dernières années (rupture d’un mât vermoulu, affaissement partiel du gréement), sa restauration va être bientôt entreprise »

Dès 2008, nous avions appelé l’attention sur l’état de cet objet….ce mardi 9 avril 2013, il a été descendu par les employés municipaux et pris en charge par le CRCOOA de Vesoul. Il reviendra dans quelques mois - peut-être pour la Saint-Nicolas 2013- dépoussiéré et restauré…. http://crrcoa.free.fr/
 Au sol, on se rend mieux compte à la fois des dimensions du bateau (longueur environ 2m, hauteur, environ 1,6 m), de la qualité de cet objet unique, emblème de la confrérie de Saint-Nicolas et de la nécessité d’intervenir pour le sauver d’un naufrage inévitable et définitif…

Nicolas et ses collègues ont descendu le St Nicolas dans l’église


 De près, on voit bien les détails






Mais aussi les ravages du temps



et la poussière



comme une sorte de vaisseau fantôme,...
 Souhaitons le revoir bientôt ….

© Textes et photos Pierre Marie Guéritey, 12 04 13


jeudi 11 avril 2013

Regards sur Auxonne

Deux exposés de la Journée d'études Histoire et Patrimoine du Val de Saône du 6 avril 2013.
Martine Speranza et Michel Jovignot.

Les barrages sur la Saône à Auxonne (1840-2011)
La Saône qui traverse tout notre territoire n’a pas toujours été comme nous la connaissons aujourd’hui. Avant 1840, elle n’était que peu navigable : les bateaux étaient fréquemment immobilisés : l’hiver par les glaces, l’été par les basses eaux.
En toutes saisons, la descente de la rivière était rendue dangereuse par les obstacles qui l’encombraient. En plus des îles et des ponts de bois, véritables forêts de pieux dressées dans la rivière, des moulins flottants, il y avait les digues et barrages placés en travers de son cours pour en relever le niveau, mais qu’il fallait franchir par un « pertuis » où l’eau se précipitait avec un fort courant.
Martine Speranza a puisé dans les nombreux documents des archives municipales d’Auxonne pour présenter un tableau historique complet et abondamment illustré de la Saône à Auxonne.
Pour alimenter les fossés entourant la place forte, une digue en amont de la ville barrait la rivière en biais presque complètement. A la hauteur du château, la digue des moulins ne laissait elle aussi qu’un étroit passage pour les bateaux.
En 1840, on a réalisé le barrage à l’endroit où il est encore aujourd’hui, et on a créé le canal de dérivation pour les bateaux. Ce barrage, simple empierrement avec une rehausse, a été remplacé à la fin du XIXe s par un barrage mobile à fermettes et aiguilles, dont le modèle a été conçu par l'ingénieur Poiré en 1834. En période de crue, on retire manuellement les aiguilles en bois, (manœuvre très dangereuse pour le personnel … Un système d’aide à la dépose des aiguilles avait été installé il y a plusieurs années pour pallier ces risques) on couche les fermettes et le barrage s'efface.
Dans le cadre du plan de modernisation de la navigation sur la Saône, un nouveau barrage escamotable, manœuvré automatiquement, a été construit ; il a été inauguré le 8 juillet 2011.
L’ancien barrage qui est un élément important du panorama sur la ville depuis l’avenue de la gare a été conservé derrière le nouveau : C'est un des plus longs barrages à aiguilles conservé (220 m), une microcentrale hydroélectrique y été installée dès les années 50.
Un belvédère surplombant la nouvelle passe à poissons a été aménagé sur l’avenue de la gare, et une passe à kayaks à l’autre extrémité du barrage.
Le blog de Martine Speranza : http://www.auxonne-patrimoine.net/
 __________


Commerce et artisanat en milieu rural autour d’Auxonne (1840-1960)

Michel Jovignot nous ramène sur la terre ferme pour un exposé très documenté sur l’évolution des commerces et de l’artisanat dans les communes de la zone maraîchère qui entourait Auxonne.
Michel Jovignot a particulièrement développé la question de l’artisanat des femmes, couturières, repasseuses, lavandières, modistes, dont les services étaient indispensables pour la fabrication et l’entretien des vêtements, les femmes des maraîchers étant occupées de plus en plus sur l’exploitation agricole.
A côté des boulangeries, boucheries, on trouvait évidemment dans chaque village plusieurs cafés ….tout cela a maintenant disparu.
Les Maillys : le café Armanton et en face la boucherie.

Les Maillys, le moulin

Un ouvrage collectif richement documenté et illustré vient de paraître pour perpétuer la mémoire du maraîchage à Auxonne et aux alentours :
« Petite et grande histoire de la région d’Auxonne à travers sa tradition maraîchère », publié par l’association Ecomusée du Maraichage et des traditions populaires du Val de Saône.
On peut se procurer cet ouvrage à l’Office de tourisme d’Auxonne, au prix de 28€.
Pierre Marie Guéritey

lundi 8 avril 2013

Sylvie Bigouret : «Pilon et poison à l’Hôtel-Dieu» à la Journée Histoire et patrimoine du val de Saône 6 avril 2013 :


Sylvie Bigouret : «Pilon et poison à l’Hôtel-Dieu»
Le premier exposé de la journée d'études "Histoire et Patrimoine du Val de Saône", organisée le 6 avril 2013 à saint-Jean-de-Losne, a présenté une expérience passionnante d’ouverture des scolaires au patrimoine, à l’histoire et à la littérature.
Au cours de l’année scolaire dernière, Sylvie Bigouret a fait découvrir aux élèves de sa classe de CM2 de l’école de la cité verte à Seurre, qu’ils étaient capables d’écrire une nouvelle policière historique….
Le cadre c’est l’Hôtel-Dieu de Seurre en 1805, les protagonistes, les religieuses, le médecin, les malades…. l’intrigue, vous la découvrirez en ouvrant la version interactive, qui vous fera aussi visiter l’Hôtel-Dieu :


© Photo T. Kuntz, serv. Patrimoine et inventaire, région Bourgogne, 2010


L’association « Saône Nature et Patrimoine » a décidé de proposer bientôt à ses adhérents une visite de groupe de l’Hôtel-Dieu de Seurre guidée par Caroline Robin….

 A suivre.

vendredi 5 avril 2013

Samedi 6 avril, ne manquez pas notre première journée d'études Histoire et Patrimoine...

Nous vous donnons rendez vous demain à Saint Jean de Losne, salle polyvalente, à partir de 10 heures... Une occasion de découvrir l'histoire et le patrimoine de notre Val de Saône.
Parmi les intervenants, Michelle Guéritey, ancienne présidente de Promo Saint Jean, fera revivre les beaux moments des séances de Racontez nous Saint Jean, qui ont eu lieu de 2002 à 2006... lors de son exposé à 16h30.



© Collection privée Michelle Guéritey

mercredi 3 avril 2013

Ne ratez pas la première journée d'études Histoire et Patrimoine du Val de Saône samedi 6 avril


Une occasion pour tous d'approfondir l'histoire du Val de Saône et de son patrimoine... 
Salle Polyvalente (place du Port Bernard, près du château d'eau) : petite salle à gauche à l'entrée.
Entrée libre.
De 14h à 15h, visite de l'église de Saint Jean de Losne sous la direction de Pierre Marie Guéritey.