Saint-Jean-de-Losne, charmante cité bourguignonne située en bord de Saône, premier port fluvial de plaisance en eau intérieure, au passé glorieux, est aimée des peintres, des vacanciers, des touristes et des plaisanciers. Nous tenons à elle, et c'est pourquoi nous avons décidé de vous parler de son patrimoine, de son histoire, des activités culturelles, associatives et sportives qui s'y déroulent. Soyez nombreux à nous lire. Merci. Pierre Marie et Michelle Guéritey

mercredi 15 novembre 2017

Le 3e siège de Saint-Jean-de-Losne : 14 novembre 1870


Un épisode de la guerre de 1870, entre la bataille de Dijon (30 octobre) et la bataille de Nuits-Saint-Georges (18 décembre ),  qui a mal tourné pour Saint-Jean-de-Losne...
Samedi 5 Novembre: La bataille du pont de la Viranne
À sept heures du matin, trois colonnes allemandes, avec chacune deux canons, sortent de Dijon. L'une prend la route de Lyon, la seconde celle d'Auxonne, la troisième celle de Saint-Jean-de-Losne.
À midi, Brazey est envahi par 500 hommes du 2° grenadiers, avec cavalerie et 2 canons. Toutes les issues sont gardées. Cependant, deux habitants parviennent à sortir, et préviennent les Garibaldiens cantonnés à Saint-Jean-de-Losne. C'étaient : les Francs-Tireurs de Vaucluse; les éclaireurs du Rhône; la 1ecompagnie des volontaires d'Oran; en tout 280 hommes. Ils arrivent au pas de course, ayant à leur tête le commandant Lhoste, et s'établissent au pont de la Viranne, à 800 mètres des dernières maisons d'Ennevant.
Il était une heure et demie. La colonne allemande veut continuer sa marche sur Saint-Jean-de-Losne. Ses 21 éclaireurs sont accueillis à coups de fusils, par les tirailleurs embusqués derrière le pont, la maison éclusière et les peupliers. Le combat s'engage aussitôt. Le lieutenant Hochweber met ses deux pièces en batterie sans faire plier les francs-tireurs. Un lieutenant allemand, tombe frappé à la tête ; plusieurs soldats sont tués ou blessés à ses côtés. L'artillerie s'avance à l'extrémité d'Ennevant; mais les chevaux sont atteints par les balles, et elle reprend sa position première. Le major Saint-Ange se porte alors avec une partie de ses troupes entre Brazey et Montot, pour tourner les Garibaldiens. Aux premiers coups de feu, ses soldats hésitent. Il se met à leur tête, et à 150 mètres, une balle le tue. L'ennemi bat en retraite sur Dijon. Nos pertes sont de 2 tués et 12 blessés.

Lundi, 14 Novembre. Le bombardement et la prise de Saint-Jean-de-Losne
 
La brigade Keller s'avance vers Saint-Jean-de-Losne. Les habitants voulant reproduire les exploits de 1636 et  même de janvier 1814 qui leur avaient valu d'obtenir la Légion d'honneur, cf. L'invasion de 1814 envoient à leur rencontre un détachement de la garde Nationale s’embusquer derrière les talus de la gare d’eau. Un éclaireur allemand est accueilli à coups de fusils. Alors, Le bataillon de Röder, deux détachements de l'escadron de Reck du 3° dragons et une batterie lourde s'établissent près du cimetière, hors de la portée des fusils français.
Les canons sont mis en batterie, et le général Keller fait lancer des grenades incendiaires sur la ville, pendant trois quarts d'heure. Quarante-sept maisons sont atteintes ; deux sont brûlées.
Le curé, M. Vitteau ; une jeune fille, Mademoiselle Liblin, vont spontanément au camp allemand, en parlementaires. D'autre part, MM. Mouillon, Laureau, Grapin , Contet-Perron , conseillers municipaux se réunissent à l'Hôtel de ville, prêts à assumer toute responsabilité vis-à-vis de l'ennemi.
 la maison à côté de la mairie a brûlé, son toit a disparu ... 
Le soir à six heures, les Allemands font leur entrée en triomphe à Saint-Jean-de-Losne. Ils arrêtent les quatre Conseillers municipaux ; mais ils les relâchent dans la soirée, et imposent à la ville une contribution de 12,000 francs, avec des réquisitions écrasantes.

 
Le pignon de la mairie de Saint-Jean-de-Losne porte encore aujourd'hui la trace du siège du 14 novembre 1870 !

jeudi 2 novembre 2017

Notre 10e Journée Histoire et Patrimoine à Pontailler sur Saône le 18 novembre

Une Journée Histoire et Patrimoine, proposée par l'association Saône Nature et Patrimoine, le 18 novembre à Pontailler sur Saône, pour tous ceux qui aiment l’Histoire et le patrimoine.
Cinq conférences concernant Fouffrans, Auxonne, Lamarche sur Saône, La Boussolle, et Saint-Jean-de-Losne, avec Michel Jovignot, Aurélia Bénas, Martine Speranza, Colette Hilico et Pierre Marie Guéritey.
Participation  libre et gratuite à tout ou partie de la Journée. Déjeuner en commun à l'Hostellerie des Marronniers, sur inscription.
Salle des Fêtes de Pontailler (1er étage), de 9h45 à 18h.
Rens. et inscr. Saône Nature et Patrimoine (mairie – 21170 Saint-Jean-de-Losne) : mi.gueritey@yahoo.fr et 03 80 79 08 33.

Parmi ses diverses activités, l’association Saône Nature et Patrimoine, présidée par Pierre Marie Guéritey, œuvre pour l’histoire et la connaissance du patrimoine en Val de Saône, sur un territoire qui s’étend de Seurre à Pontailler en passant par Saint-Jean-de-Losne et Auxonne. Pour cela elle organise des Journées Histoire et Patrimoine depuis 2013, qui rassemblent des historiens et des amateurs d’histoire locale.
C’est ainsi que les Journées ont déjà eu lieu à Saint-Jean-de-Losne, Auxonne, Seurre, Saint-Usage, Brazey-en-Plaine, Pagny-le-Château, Auvillars, … attirant un public toujours plus nombreux, heureux d’apprendre, et de partager et d’échanger avec d’autres passionnés par l’histoire locale et la « grande histoire ».
La prochaine Journée aura lieu le samedi 18 novembre à la salle des fêtes de Pontailler-sur-Saône (1er étage).


Au programme, cinq conférences :
9h45, accueil par Pierre Marie Guéritey

10h Des litres, à l’église Saint Vincent de Fouffrans et ailleurs.
Michel Jovignot
Les murs intérieurs de nos églises étaient partout recouverts de peintures, nous en sommes aujourd’hui convaincus. Ces peintures murales figuraient des motifs géométriques mais surtout des fresques représentant, pour les paroissiens qui ne savaient pas lire, des scènes du Nouveau Testament et de la vie des Saints telles que l’avaient souhaité de généreux bienfaiteurs. Elles voisinaient avec des décors plus circonstanciels, croix de consécrations et litres funéraires.
Ces dernières sont, aujourd’hui, assez rares. Partant de l’exemple de celle de l’église Saint Vincent de Fouffrans, on essaiera d’analyser la vingtaine de litres funéraires qui subsistent en Côte d’Or.

11h La brigade de la Ferme générale de Lamarche-sur-Saône
Aurelia Benas
Lamarche-sur-Saône a abrité au XVIIIe siècle une brigade de la Ferme générale, chargée d'assurer la bonne perception de la gabelle, des traites et des recettes de la vente du tabac. En suivant le parcours de Nicolas Debielle, nous nous intéresserons aux employés de cette brigade de Lamarche et au monde particulier auquel ils appartiennent, entre 1726 et 1761.

12h15 Déjeuner

14h30 Auxonne Le Quartier neuf - Du rempart au boulevard
Martine Speranza
Le Quartier neuf est un ensemble de constructions qui datent du début du 20ème siècle, situé sur l'emplacement de fortifications démolies sur le front est, au nord de la route nationale qui va à Dole. On évoquera les anciennes fortifications, la création du nouveau quartier, les villas et leur style, l'urbanisme, les habitants, et l'évolution du Quartier neuf jusqu'à aujourd'hui.

15h30 La Boussolle et Jean Chirat: d’un moulin à une manufacture de canons
Colette Hilico
Une forge dans le moulin de Boussolle sur la Bèze près de Vonges a été établie par Jean Chirat dans les années 1645-46. Elle a fonctionné pendant une trentaine d'années.

16h30 Écoles et collèges sous l’Ancien Régime à Saint-Jean-de-Losne
Pierre Marie Guéritey
Les écoles, le collège, les Carmes, les Ursulines : du xve siècle à la Révolution, les institutions en charge de l’enseignement n’ont cessé d’évoluer...


17h30 apéritif
La participation est libre et gratuite à tout ou partie de la Journée. Possibilité de déjeuner à l’Hostellerie des Marronniers (sur réservation).
Rens. et inscr. Saône Nature et Patrimoine (mairie – 21170 Saint-Jean-de-Losne) : mi.gueritey@yahoo.fr et 03 80 79 08 33.




mardi 10 octobre 2017

L’exposition « Val de Saône monumental au XIXe siècle » en ligne

L’exposition « Val de Saône monumental au XIXe siècle » aux Archives départementales de la Côte d'Or a accueilli plus de 2000 visiteurs.
Elle est maintenant en ligne : le catalogue est accessible sur le site des archives départementales de la Côte d’Or, et directement par le lien :
AFFICHER LE CATALOGUE INTERACTIF
(Tous les documents qui ont été exposés peuvent être ouverts séparément et agrandis, ainsi que les photographies des objets exposés et des monuments dans leur état actuel).
 
.

journées du patrimoine, septembre 2017
Grâce aux documents figurés conservés aux archives départementales de la Côte-d’Or et d’autres fonds d’archives municipales ou paroissiales, l’exposition montre l’effort d’urbanisation des petites villes et des villages qui les entourent au 19e siècle, dans le val de Saône en Côte-d’Or (entre Pontailler et Seurre) :
- Monuments commémoratifs, ouvrages de salubrité dans les petites villes
- Reconstruction et/ou construction d’églises dans les villages
- Aménagements de la Saône : ponts et ports
- Maisons communes et écoles
- Une industrie oubliée : les hauts fourneaux du val de Saône au 19e siècle.
mairie-école d'Echenon
 
Maquette de l'église de Labergement-les-Seurre, par Monsieur Prière
Ces constructions qui ont fait l’orgueil des villages, et pour lesquelles les municipalités ont fait appel à des architectes et dépensé beaucoup d’argent, sont pour la plupart encore utilisées aujourd’hui dans la fonction qui leur a été dévolue. On peut voir dans les villages ces bâtiments et ces ouvrages dont l’exposition montre les projets, et qui, à l’époque de leur construction, entourés d’habitations construites en pans de bois et couvertes en chaume avaient vraiment un aspect monumental.

lundi 25 septembre 2017

Nuits-Saint-Georges : inauguration de l'orgue


Dimanche 1er octobre 2017

Eglise Saint Symphorien

10 heures :
Présentation de l’orgue restauré par le facteur d’orgues Michel Formentelli.
Messe solennelle célébrée par Mgr. Minnerath, bénédiction de l’orgue.

16 heures : Concert d’inauguration de l’orgue restauré
Jean-Pierre Leguay
Œuvres de la Renaissance, Jean Sébastien Bach, Joseph Haydn, Robert Schumann et Johannes Brahms.

Organisateur : Office de Tourisme du Pays de Nuits-Saint-Georges, 0380621117.
 
La note de présentation (écrite en 2010) accessible par le lien : PRESENTATION ORGUE DE NUITS (2010) permettra aux connaisseurs qui assisteront à ces cérémonies d'apprécier  le travail du facteur d'orgues  Michel Formentelli qui a dû réaliser un instrument homogène avec du matériel du 17e au 19e siècle, des jeux de Philippe Hartmann et des jeux neufs...et aussi le travail de la restauratrice (Alice Quoirin)   qui a restitué le décor du buffet de 1761 dans son état de 1807.
 
Quelques images de cet orgue en 1984 :
Le buffet d'orgue (1984) cliché P.M. Guéritey
La tuyauterie du grand-orgue, vue générale (1984) cliché P.M. Guéritey
 
Le cornet du grand-orgue (1984) cliché P.M. Guéritey


 

dimanche 11 juin 2017

Les concerts de l'été à l'église de Saint-Jean-de-Losne

Claviers d’été 2017

Trois concerts à Saint-Jean-de-Losne, autour de l’orgue historique de Saint-Jean-de-Losne, organisés par Saône Nature et Patrimoine:
 

 - Dimanche 24 septembre 17H30 : Récital d’orgue :

.

Etienne Baillot,
titulaire du grand orgue de la Collégiale Notre-Dame de Dole
(Henri Dumont, Johann-Jakob Froberger, Jean-Sébastien Bach)
 
 

 - Dimanche 2 juillet 18H00 : orgue et violon baroque :
 
Cécile Michel-Bohlinger orgue et Norbert Bohlinger, violon

musique française du xviie et xviiie siècles.

 

Samedi 17 juin 20H00 : Schola Cantorum et chorale « du Coq à l’âne », direction Xavier Le Diagon, orgue : Patrice Bréfort

Requiem de Cherubini, et pièces d’orgue de Claude Balbastre
  
Samedi 17 juin 20H00: Un grand concert évènement :

La Schola Cantorum de Dijon donne dans l’église de Saint-Jean-de-Losne le Requiem de Cherubini. La Schola Cantorum, qui fête en 2017 son 70e anniversaire clôture ainsi une série de 3 concerts autour du Requiem de Cherubini : en mai à Dijon et Amsterdam et le 17 juin à Saint-Jean-de-Losne, et confirme ainsi sa relation à Saint-Jean-de-Losne, son église et son orgue.
L’association Saône Nature et Patrimoine est partenaire de ce concert, comme elle l’a été des deux précédents en 2015 et 2016.
 
Un grand compositeur : Luigi Cherubini
(Florence, 1760 - † Paris, 1842)

Fin 1787, Cherubini s'installe à Paris. En 1796, il est nommé inspecteur de l'enseignement au tout nouveau Conservatoire de Paris. En 1816, il devient surintendant de la chapelle de Louis xviii. Professeur de composition au Conservatoire, il en devient directeur en 1822, fonction qu'il conserve jusqu’à sa mort. Cherubini a composé un très grand nombre d’œuvres lyriques, et de musique religieuse (messes et de motets).

Le Requiem en Ut mineur :

La « Messe de Requiem à la mémoire de Sa Majesté Très Chrétienne le Roy Louis XVI », pour chœur mixte et orchestre, de Luigi Cherubini a été interprétée pour la première fois à la basilique de Saint-Denis, lors du service funèbre anniversaire de la mort de Louis XVI, guillotiné le 21 Janvier 1793.

Le Requiem comprend sept pièces pour chœur, sans intervention de soliste :

            Introït et Kyrie ; Graduel, Dies Irae, offertoire, Sanctus, Pie Jesu, Agnus Dei.

Il sera interprété à Saint-Jean-de-Losne dans sa version avec accompagnement d’orgue au lieu de l’orchestre (à l’orgue : Patrice Bréfort).

Un grand virtuose dijonnais : Claude Balbastre
(Dijon ,1724 - † Paris, 1799)

Fils de Bénigne Balbastre, organiste de la cathédrale de Dijon, Claude Balbastre, très doué mais trop jeune lors du décès de celui-ci, ne lui succédera qu’en 1743. Entretemps, c’est Claude Rameau (frère du célèbre Jean-Philippe Rameau) qui occupe le poste.

En novembre 1750, il part à Paris, il sera organiste de l’église Saint-Roch, puis de Notre-Dame de Paris. Il obtient aussi de grands succès au Concert Spirituel dans des concertos pour orgue et orchestre de sa composition (tous perdus sauf un…).

En plus de 4 suites de variations sur des Noëls, plusieurs cahiers de pièces d’orgue et de clavecin de Balbastre ont été retrouvés et permettent de rendre justice à ce musicien que la Révolution française a fait oublier en son temps.

Le frère ainé de Claude Balbastre, lui aussi prénommé Claude, a été organiste à Saint-Jean-de-Losne où il a vécu de 1739 à sa mort en 1780…

 
Programme :
Claude Balbastre
(Dijon 1724 - † Paris 1799)
Trois pièces d’orgue (1749):
· Prélude et dialogue en Ré Majeur
· Duo en Ré mineur
· Fugue en ré Majeur
Luigi Cherubini
(Florence, 1760 † Paris, 1842)
Requiem :
· Introït et Kyrie
· Graduel
· Dies Irae
· Offertoire
· Sanctus
· Pie Jesu
· Agnus Dei
 
 

lundi 8 mai 2017

A la découverte de l'orgue...

C'est un exercice que Pierre Marie Guéritey, président de Saône Nature et Patrimoine, et organiste, aime bien : faire découvrir l'orgue aux plus petits.
Sur demande de la directrice de l'école primaire de Saint-Usage, madame Salah, 45 écoliers des classes de CP, CE1 et CE2 sont venus, en deux groupes, mercredi dernier, découvrir l’orgue de l’église de Saint-Jean-de-Losne, avec leurs institutrices et quelques mamans accompagnatrices.
Les enfants se sont montrés très intéressés de voir de près ce drôle d’instrument, dont les claviers (que l'on ne voit pas d'en bas) ressemblent un peu à ceux des pianos, et que l'on peut jouer aussi avec les pieds... cela fait toujours un certain effet pour les enfants et même pour certains adultes.
Pas simple de faire comprendre le mécanisme d’un orgue à ce jeune public, d’autant que le vocabulaire est un peu spécialisé ! Pierre Marie, qui n’en est pas à sa première présentation, a donné des explications claires sur l’alimentation en vent, sur les différents tuyaux, et les différents mélanges de timbres que l’on peut faire.

Cette visite in situ avait aussi pour but de préparer la séance réservée aux scolaires vendredi 12 mai à la cathédrale Saint Bénigne de Dijon. Ils assisteront en effet à la répétition générale du concert du soir, avec le grand orgue et l’orchestre de Bourgogne. Les écoliers pourront ainsi se faire une idée plus juste du jeu de l’organiste que l’on ne voit pas, caché derrière le positif, et repenser aux explications données par Pierre Marie.
Principe des tuyaux d’anche… avec un spécimen qui n’appartient pas à l’orgue de Saint -Jean-de-Losne mais qui permet de comprendre un peu mieux ses caractéristiques.
On jette un œil dans les entrailles de l’orgue…

On croque l’orgue depuis la nef.
Les écoliers repartent tout heureux de la découverte de l'orgue. Pas besoin d'aller chercher bien loin un élément intéressant de notre patrimoine culturel.

vendredi 31 mars 2017

Notre 9e Journée de Rencontres Histoire et Patrimoine du Val de Saône

Saint-Jean-de-Losne, samedi 8 avril 2017, 9h45-18h, Grande salle de l'EHPAD (place d'Armes), 9e Journée d'études Histoire et Patrimoine du Val de Saône.

Conférences : 
Louis Victor Chocarne (1816-1883) : un peintre dijonnais à découvrir (Pierre Marie Guéritey),
Histoire de l'hôpital d'Auxonne (Martine Speranza),
Les possessions de l'Abbaye de Citeaux sur le territoire de Losne d'après le terrier de 1480 et jusqu'à la Révolution (Alain Cessot),
Grange de Saule (Cîteaux) et grange d’Outre Aube (Clairvaux) (Richard Mahée),
Les bibliothèques des établissements religieux du Val-de-Saône au moment de la Révolution française (Aurélia Bénas).
Visites :
* Eglise de Losne : "l’Assomption de la Vierge", huile sur toile par L.V. Chocarne (1851).
Petite visite historique de l’hôpital de Saint-Jean-de-Losne et Exposition « de l’hôpital à l’EHPAD 1658-… » (P.M. Guéritey).

Participation libre et gratuite à tout ou partie de la journée.
Déjeuner en commun à l’Auberge de la Marine, sur inscription, pour ceux qui le souhaitent (20€ boissons comprises).
Renseignement et inscription : 03 80 79 08 33, mi.gueritey@yahoo.fr

Organisation : association Saône Nature et Patrimoine.