Saint-Jean-de-Losne, charmante cité bourguignonne située en bord de Saône, premier port fluvial de plaisance en eau intérieure, au passé glorieux, est aimée des peintres, des vacanciers, des touristes et des plaisanciers. Nous tenons à elle, et c'est pourquoi nous avons décidé de vous parler de son patrimoine, de son histoire, des activités culturelles, associatives et sportives qui s'y déroulent. Soyez nombreux à nous lire. Merci. Pierre Marie et Michelle Guéritey

dimanche 27 novembre 2011

Saint-Jean-de-Losne : le tableau de la Délibération 1636

Le Tableau : « Délibération des Echevins au siège de 1636 » Ou « La défense de Saint-Jean-de-Losne en 1636 »
Huile sur toile (167cm x 242,5 cm)
par C. Codefroy et Pierre-Adolphe Badin (1847)
Salle du Conseil, Hôtel de Ville de Saint-Jean-de-Losne
Œuvre des peintres C. GODEFROY et Pierre-Adolphe BADIN, ce tableau, exposé à Paris au Salon de 1847, a été acquis par l’Etat et attribué au musée Calvet d’Avignon en juin1850.
Le 16 décembre de la même année, Jean Berthaut, maire de Saint-Jean-de-Losne réclamait ce tableau au maire d’Avignon, qui lui répondait le 31 que le règlement du musée lui interdisait de s’en dessaisir. Le 16 mai 1853, le conseil municipal de Saint-Jean-de-Losne vote une demande auprès du ministre de l’Intérieur en vue d’obtenir le tableau. Après un nouveau refus de la ville d’Avignon qui suggère en janvier 1862 au maire de Saint-Jean-de-Losne d’en faire exécuter une copie aux frais de l’Etat, le conseil municipal adresse par voie préfectorale une demande au ministre de l’Intérieur pour une subvention afin de faire exécuter cette copie. Mais en même temps, le maire Jean-Claude Parron-Coste s’adresse au député Marey-Monge, dont l’intervention aboutit rapidement : le 26 mars 1862 l’Etat autorise le transfert du tableau :
« Monsieur le Maire,
Son excellence le Ministre d’Etat a autorisé la ville d’Avignon à envoyer à la municipalité de Saint-Jean-de-Losne un tableau de MM. Badin & Godefroy ayant pour sujet : «le siège de Saint Jean de Lône » qui  avait été accordé au musée par arrêté ministériel du 8 juin 1850.
Le tableau étant définitivement attribué à la ville de Saint Jean de Lône pour la décoration de son hôtel de ville, vous aurez soin de faire placer au bas un cartel avec cette inscription en lettres noires : « Donné par l’Empereur » et le millésime de 1862.
Agréez Monsieur le Maire l’assurance de ma considération distinguée,
Le sous préfet »                                                                                                    [A Mun SJL 3D20]
et le 21 avril, le maire d’Avignon écrit au maire de Saint-Jean-de-Losne :
« Monsieur et honoré collègue,
Conformément à la demande qui m’a été adressée par Monsieur Marey-Monge votre député, j’ai l’honneur de vous faire parvenir le tableau représentant la défense héroïque de la ville que vous administrez par ses habitants. Je conçois tout le prix que cette courageuse population attachait à conserver un tableau qui perpétuera un des plus beaux faits de notre histoire nationale, aussi suis-je heureux d’avoir pu faire ce qu’elle désirait.
Recevez Monsieur et cher collègue l’assurance de mes sentiments très distingués
Le maire d’Avignon, député du corps législatif ».                                                      [A Mun SJL 3D20]

A Saint-Jean-de-Losne, le tableau est placé d’abord dans le salon d’honneur et la médaille de la Légion d’Honneur attribuée par Napoléon 1er à la ville en 1815 est accrochée en haut du cadre. Il est maintenant dans la salle du conseil, et il a été restauré en 2008.

                      Le tableau dans le Salon d’honneur avec la Médaille de la Légion d’Honneur
Une représentation symbolique et romantique du courage des habitants de Saint-Jean-de-Losne en 1636 ….                                                                                                     
                                                                 1                                                                        
2
  3   
4
Le tableau est divisé en quatre zones dont la symbolique est claire :
Au centre, en haut, le groupe compact des échevins, commandants militaires, et représentants de l’autorité (moine, prêtre, noble…) (2) considère à la fois le danger - la brèche et l’incendie - (1) et le groupe des combattants qui jure de « mourir l’épée à la main » (3), sans accorder d’attention au cadavre qui gît en bas et au groupe des « victimes » : les blessés, les femmes et les indécis
Il est inutile de chercher dans ce tableau une représentation réaliste de Saint-Jean-de-Losne au XVIIe siècle. Cette composition académique offre une interprétation romantique de la scène, épisode dramatique et central du siège : la proclamation de la délibération des échevins le dimanche 2 novembre, au 9e jour du siège commencé le 25 octobre :
« Nous Pierre Desgranges et Pierre Lappre, Echevins et juges de la ville et commune de Saint Jean de Losne, faisons savoir ….
Par la voix commune de tous les habitants a été conclu et résolu qu’il prêtent et prêteront à nouveau le serment de fidélité au Roy et à la ville, déclarant tous vouloir courageusement exposer leur vie aux efforts de l’ennemi de la couronne pour la défense de la place ….
De même sont résolus au cas où par malheur ils y seraient forcés, de mettre le feu chacun en leur maison et aux poudres et munitions de guerre …. Et ensuite de mourir tous l’épée à la main ».
Pierre Marie Guéritey

© Texte et photos Pierre Marie Guéritey

1 commentaire:

  1. J'ai lu que...
    Dans le chœur [de l'Eglise Saint Jean Baptiste de Saint Jean de Losne] sont suspendus des étuis de cuir qui contenaient les drapeaux pris à l’ennemi en 1636. On y voit aussi une épée qui pourrait être celle du général ennemi : Gallas, et un objet en corde tressée connu sous le nom de "perruque de Gallas".
    Est-ce que vous pouvez inclure ces éléments historiques dans un message de ce blog ?

    RépondreSupprimer