Saint-Jean-de-Losne, charmante cité bourguignonne située en bord de Saône, premier port fluvial de plaisance en eau intérieure, au passé glorieux, est aimée des peintres, des vacanciers, des touristes et des plaisanciers. Nous tenons à elle, et c'est pourquoi nous avons décidé de vous parler de son patrimoine, de son histoire, des activités culturelles, associatives et sportives qui s'y déroulent. Soyez nombreux à nous lire. Merci. Pierre Marie et Michelle Guéritey

jeudi 21 février 2013

Saint-Jean-de-Losne sur le chemin de Compostelle


Saint-Jean-de-Losne est une étape du chemin de Compostelle. Entre l’antique prieuré du Mont-Roland et l’abbaye de Cîteaux, les pèlerins s’y arrêtaient déjà lorsque l’église a été construite au XVIe siècle.
Le seul décor sculpté de l’architecture à l’intérieur de l’église en témoigne : au sommet d’un pilier de la chapelle de la Sainte Vierge, dans une forêt de chênes peuplée de monstres affreux, un voyageur marche tranquillement en jouant de la musette, le cordon de coquilles le désigne explicitement comme un pèlerin en route vers Compostelle.
Symboliquement placé dans la chapelle de la Sainte Vierge qui protège le pèlerin des tentations représentées par les monstres, ce motif localise bien la scène dans les forêts de chênes que l'on traverse pour aller de Saint-Jean-de-Losne à Cîteaux.
De l’autre côté du chœur, dans l’actuelle chapelle de Saint-Joseph, un autre motif fait pendant. Il représente la vigne qu’à l’époque on trouvait non seulement dans le vignoble actuel de la Côte d’Or, mais aussi sur tous les coteaux des villages de chaque rive de la Saône autour de Saint-Jean-de-Losne.
Du côté du chœur il n’y a pas de décor sculpté au sommet de ces deux piliers, en effet il aurait été invisibles car dissimulé par les stalles des prêtres familiers installées dans le chœur dès la construction de l’église.
Vous qui marchez aujourd’hui sur le chemin de Compostelle entre le Mont-Roland et Cîteaux, arrêtez vous à Saint-Jean-de-Losne et entrez dans l’église pour saluer ce pèlerin qui vous a précédés il y a bien longtemps… 
© Texte et photos Pierre-Marie Guéritey