Saint-Jean-de-Losne, charmante cité bourguignonne située en bord de Saône, premier port fluvial de plaisance en eau intérieure, au passé glorieux, est aimée des peintres, des vacanciers, des touristes et des plaisanciers. Nous tenons à elle, et c'est pourquoi nous avons décidé de vous parler de son patrimoine, de son histoire, des activités culturelles, associatives et sportives qui s'y déroulent. Soyez nombreux à nous lire. Merci. Pierre Marie et Michelle Guéritey

jeudi 11 avril 2013

Regards sur Auxonne

Deux exposés de la Journée d'études Histoire et Patrimoine du Val de Saône du 6 avril 2013.
Martine Speranza et Michel Jovignot.

Les barrages sur la Saône à Auxonne (1840-2011)
La Saône qui traverse tout notre territoire n’a pas toujours été comme nous la connaissons aujourd’hui. Avant 1840, elle n’était que peu navigable : les bateaux étaient fréquemment immobilisés : l’hiver par les glaces, l’été par les basses eaux.
En toutes saisons, la descente de la rivière était rendue dangereuse par les obstacles qui l’encombraient. En plus des îles et des ponts de bois, véritables forêts de pieux dressées dans la rivière, des moulins flottants, il y avait les digues et barrages placés en travers de son cours pour en relever le niveau, mais qu’il fallait franchir par un « pertuis » où l’eau se précipitait avec un fort courant.
Martine Speranza a puisé dans les nombreux documents des archives municipales d’Auxonne pour présenter un tableau historique complet et abondamment illustré de la Saône à Auxonne.
Pour alimenter les fossés entourant la place forte, une digue en amont de la ville barrait la rivière en biais presque complètement. A la hauteur du château, la digue des moulins ne laissait elle aussi qu’un étroit passage pour les bateaux.
En 1840, on a réalisé le barrage à l’endroit où il est encore aujourd’hui, et on a créé le canal de dérivation pour les bateaux. Ce barrage, simple empierrement avec une rehausse, a été remplacé à la fin du XIXe s par un barrage mobile à fermettes et aiguilles, dont le modèle a été conçu par l'ingénieur Poiré en 1834. En période de crue, on retire manuellement les aiguilles en bois, (manœuvre très dangereuse pour le personnel … Un système d’aide à la dépose des aiguilles avait été installé il y a plusieurs années pour pallier ces risques) on couche les fermettes et le barrage s'efface.
Dans le cadre du plan de modernisation de la navigation sur la Saône, un nouveau barrage escamotable, manœuvré automatiquement, a été construit ; il a été inauguré le 8 juillet 2011.
L’ancien barrage qui est un élément important du panorama sur la ville depuis l’avenue de la gare a été conservé derrière le nouveau : C'est un des plus longs barrages à aiguilles conservé (220 m), une microcentrale hydroélectrique y été installée dès les années 50.
Un belvédère surplombant la nouvelle passe à poissons a été aménagé sur l’avenue de la gare, et une passe à kayaks à l’autre extrémité du barrage.
Le blog de Martine Speranza : http://www.auxonne-patrimoine.net/
 __________


Commerce et artisanat en milieu rural autour d’Auxonne (1840-1960)

Michel Jovignot nous ramène sur la terre ferme pour un exposé très documenté sur l’évolution des commerces et de l’artisanat dans les communes de la zone maraîchère qui entourait Auxonne.
Michel Jovignot a particulièrement développé la question de l’artisanat des femmes, couturières, repasseuses, lavandières, modistes, dont les services étaient indispensables pour la fabrication et l’entretien des vêtements, les femmes des maraîchers étant occupées de plus en plus sur l’exploitation agricole.
A côté des boulangeries, boucheries, on trouvait évidemment dans chaque village plusieurs cafés ….tout cela a maintenant disparu.
Les Maillys : le café Armanton et en face la boucherie.

Les Maillys, le moulin

Un ouvrage collectif richement documenté et illustré vient de paraître pour perpétuer la mémoire du maraîchage à Auxonne et aux alentours :
« Petite et grande histoire de la région d’Auxonne à travers sa tradition maraîchère », publié par l’association Ecomusée du Maraichage et des traditions populaires du Val de Saône.
On peut se procurer cet ouvrage à l’Office de tourisme d’Auxonne, au prix de 28€.
Pierre Marie Guéritey

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire