Saint-Jean-de-Losne, charmante cité bourguignonne située en bord de Saône, premier port fluvial de plaisance en eau intérieure, au passé glorieux, est aimée des peintres, des vacanciers, des touristes et des plaisanciers. Nous tenons à elle, et c'est pourquoi nous avons décidé de vous parler de son patrimoine, de son histoire, des activités culturelles, associatives et sportives qui s'y déroulent. Soyez nombreux à nous lire. Merci. Pierre Marie et Michelle Guéritey

mercredi 26 septembre 2012

Daniel Carette et Joëlle Farenc exposent à la Galerie du Cerf à partir du 29 septembre

Une nouvelle exposition, du 28 septembre au 14 octobre prochains, à la Galerie du Cerf. On retrouve tout d'abord le peintre dijonnais Daniel Carette bien connu, habitué des Salons comme l'Essor à Dijon ou celui de Fontaine. Daniel Carette a aussi exposé à Saint Jean de Losne, notamment dans le cadre des Printemps des Arts. Actuellement Daniel Carette pratique régulièrement dessins, encres, huiles sur différents thèmes, avec la nécessité de s’exprimer personnellement par le choix des sujets, de dépasser la représentation réaliste mais plutôt un réalisme poétique, d’aller vers le ressenti.
On retrouve aussi dans sa peinture et ses sujets ce qui l'a fortement marqué jeune : ses premières années de travail dans la métallurgie de l’Est de la France : aciérie, laminoir, puis au fond de la mine de charbon.
Daniel Carette travaille par séries : vues rapprochées avec des cadrages insolites comme ses carcasses de bateaux, de wagons, … Il est touché et inspiré par les usines souvent à l'abandon avec des objets entassés. Le peintre est aussi très intéressé par la lumière : fenêtres, baies vitrées. Ce qu'il cherche en fait à peindre ce sont ses émotions et ses images intérieures.
Daniel Carette expose en compagnie de Joëlle Farenc, sculpteur. Cette dernière, agrégée d'éducation musicale et de chant choral, s'adonne assidument au dessin, notamment dans l'atelier de Michel Potherat, et le modelage d'après des modèles vivants. Sa source d'inspiration est essentiellement le corps humain, seul ou bien dans ses rapports avec la Nature, qu'elle soit végétale ou animale.
 Pour Joëlle Farenc, l'œuvre sculptée doit être symbolique et sensuelle. Son inspiration pourrait être qualifiée de baroque à cause du mouvement que l'artiste tente d'exprimer mais aussi à cause des accumulations imaginées avec un certain humour.
Les deux artistes ont choisi comme titre d'exposition "Corps et décors" qui exprime bien le message qu'ils veulent faire passer à ceux qui viendront admirer leurs œuvres.
Une belle exposition originale, à quatre mains, à découvrir à la Galerie du Cerf à partir du 29 septembre prochain.
 "Corps et décors" exposition de Daniel Carette (huile) et Joëlle Farenc (sculpture), du 28 septembre au 14 octobre 2012  - Ouverture tous les jours (sauf le lundi), de 14h à 18h. Galerie du Cerf, 3 rue de la Gare d'eau – 21170 Saint-Jean-de-Losne – Entrée libre – Possibilité de parking. Rens. Promo Saint Jean au 03 80 29 04 44 ou

mercredi 19 septembre 2012

Succès du musée éphémère de Saint-Jean-de-Losne

Ouverte à la mairie le dimanche 16 après-midi pendant trois heures, cette exposition a été visitée par 140 personnes : nombreux habitants de Saint-Jean-de-Losne et des environs mais aussi visiteurs de Bourgogne ou du Jura, et de Suisse.
Les intentions de ceux qui ont conçu l'exposition (Pierre Marie et Michelle Guéritey et Georges Kozlowski) étaient de faire découvrir quelques œuvres cachées dans les greniers et l'Hôtel de Ville et dans les collections privées, et aussi de mettre en valeur le patrimoine historique de Saint-Jean-de-Losne.
La ville a hérité de son passé de nombreux monuments et objets classés Monuments Historiques, certains depuis longtemps : l'église et une partie de son mobilier, le mortier en bronze de l'Hôpital, l'Hôtel de Ville, soit au total une trentaine de monuments et objets, ce qui est remarquable pour cette petite ville, chef lieu de canton.
A l'occasion de cette édition 2012 des Journées du Patrimoine dont le thème était "le patrimoine caché", les visiteurs ont été invités à découvrir le tableau monumental du peintre Paul Givry, donné à la ville en 1916 et sorti pour la circonstance du grenier de la mairie. Ce paysage de bord de mer est une œuvre très intéressante par sa composition, entre terres et mer, sa belle lumière de fin d'après midi, tout à fait dans la veine de Millet ou des paysagistes du 19e siècle.

Pour accompagner ce tableau, d’autres peintures, des sculptures et des photographies ont été réunies : les bustes de Voltaire et Rousseau (qui ornaient autrefois la Galerie du 1er étage de la mairie), le buste en bronze, de parfaite facture, de Monsieur Ducordeaux (1898) dû à Ernest Boutellier (directeur des Beaux-arts de Dijon, auteur entre autres du buste de Joseph Garnier aux Archives départementales), ou un tableau digne d'intérêt représentant Saint-Jean-de-Losne vu de Losne, dû sans doute à un peintre local, et qui a attiré beaucoup de regards et de commentaires.
En l'espace d'un après-midi Saint-Jean-de-Losne a eu son musée des Beaux-Arts… et cette idée n'a pas paru saugrenue aux yeux des visiteurs.  Espérons qu'un jour ce rêve devienne réalité car il y a beaucoup de peintres qui se sont intéressés à la ville et ont illustré notamment les bords de Saône.
Pendant tout le week-end, les visiteurs ont pu se rendre librement à l’église et à l’Hôtel-Dieu (aujourd’hui EPHAD), et le dimanche après-midi, une visite guidée, sous la conduite de Pierre Marie Guéritey, a été suivie par un groupe d’une soixantaine de personnes : le patrimoine et la culture ont encore de beaux jours devant eux.

lundi 17 septembre 2012

Les Journées du Patrimoine 2012 bien fréquentées à Saint Jean de Losne

Plus de 140 personnes ont  visité l'Hôtel de Ville et l'église de Saint Jean de Losne, dans le cadre des Journées du Patrimoine 2012, et  découvert l'histoire de la ville en compagnie de Pierre Marie Guéritey.
Le grand tableau du peintre C. Givry, descendu des réserves de la mairie pour l'occasion et qui demeurera dans la salle du milieu au premier étage de l'Hôtel de Ville, a été une découverte pour une grande partie des visiteurs. Cet élément du patrimoine communal reprend ainsi un novueau souffle, en attendant une petite restauration.

vendredi 14 septembre 2012

Découvrez l'histoire de la ville de Saint-Jean-de-Losne lors des Journées du Patrimoine

A Saint Jean de Losne, si l'on vous dit Marquetti, Maugras, la mère Chevillard, Sirdey, Filochot, le Wauxhall, cela évoque-t-il quelque chose pour vous ? ..... non !
Alors 6 bonnes raisons de faire la visite guidée de la ville dimanche 16 septembre à 15h30 ! RdV devant la mairie...  Inscription à l'Office de Tourisme Antenne de Saint Jean de Losne, Mairie ( T. 03 80 37 15 70 et stjeandelosne@saône-tourisme.fr   -  C'est gratuit !
A bientôt.

vendredi 7 septembre 2012

Journées du Patrimoine : Un musée des beaux arts à Saint-Jean-de-Losne ?...

Journées du Patrimoine 2012 :
Saint-Jean-de-Losne a hérité de son passé de nombreux monuments et objets suffisamment notoires pour avoir été classés monuments historiques, certains depuis très longtemps : la chaire à prêcher dès 1902, l’aigle lutrin et plusieurs statues de l’église en 1912, l’église dans son ensemble en 1921, le mortier de bronze de l’Hopital en 1938 etc. ; au total, une trentaine de monuments et objets, ce qui est remarquable pour cette petite ville, chef lieu de canton.
 Il y a encore beaucoup d’objets d’art, anciens ou récents, certains complètement inconnus, qui méritent l’attention.
En septembre 2011, à l’occasion des journées du Patrimoine (thème « le voyage du patrimoine ») nous avons présenté et documenté le tableau du peintre Saint-Jean-de-Losnais Louis Dumontant :
Inauguration de la ligne de St Jean-de-Losne à Lons-le-Saunier
L'arrivée des ministres à St Jean-de-Losne
23 juillet 1905
Ce tableau est resté exposé depuis dans une salle de la mairie.

Cette année, le thème des journées du Patrimoine « le Patrimoine caché » engage à présenter des œuvres habituellement invisibles.
Nous vous invitons à découvrir un musée des beaux arts (éphémère ?) de Saint-Jean-de-Losne autour d’un tableau monumental du peintre Paul Givry, donné à la ville en 1916, sorti pour la circonstance du grenier de la mairie, dont voici un détail…
 
Autour de ce tableau seront présentées des peintures, sculptures et photographies, conservées à la mairie ou dans des collections particulières à Saint-Jean-de-Losne, ou concernant la ville et restées cachées ou invisibles…

Exposition « un musée…éphémère »
Hôtel de Ville de Saint-Jean-de-Losne
Dimanche 16 septembre après midi (15h-18h).
Une visite guidée de l’exposition suivie de la visite des principaux monuments de la ville est organisée à 15h.30 : rendez-vous devant la mairie.
Visites gratuites, renseignements et réservations auprès de l’office de tourisme Rives de Saône, antenne de Saint-Jean-de-Losne 03.80.37.15.70.
http://www.journeesdupatrimoine.culture.fr/fr/le-programme/recherche-thematique
Eglise Saint Jean-Baptiste ouverte Samedi 15 et Dimanche 16 (8h.30-19h.) , brochure explicative.
(messe dimanche 16 à 11h.)
En traversant la Saône:
Eglise Notre-Dame de Losne, ouverte Samedi 15 et Dimanche 16 : 9h-12h  14h-18h, visite gratuite.

Pierre Marie Guéritey

Saint-Jean-de-Losne : le drapeau de l’Espérance

En 1943, plus d’un an avant la libération, Gilbert Dupuis, gymnaste intrépide, a escaladé une nuit le peuplier qui se trouvait alors au centre de la place des cochons (aujourd’hui place des remparts).
Il a installé un grand drapeau tricolore au sommet de l’arbre. Toutes les tentatives des pompiers, envoyés par le maire pour le décrocher, ont échoué, et il est resté, flottant fièrement au dessus de la ville, jusqu’à la Libération.
Gilbert Dupuis était le frère de Madame Durot (magasin « Durot sport » rue de la liberté, « Chic et sport » jusqu’à cette année)
Au moment où le défilé de la Libération se prépare à Saint-Jean-de-Losne, nous publions cette photographie (©) de l’arbre de la Liberté surmonté du drapeau de l’espérance que nous a confiée Michel Durot (fils de Madame Durot) en hommage au nombreux résistants Saint-Jean-de-Losnais membres du Bataillon Dubois.



« En 1943, sous l’occupation allemande, le drapeau de l’espérance mis par Gilbert Dupuis, frère de Mme Durot, était au-dessus du peuplier de la liberté place des remparts. Plus tard, l’arbre a été coupé dans les années 60 » - (Note de Mme G. Ganée).
Texte Pierre Marie Guéritey