Saint-Jean-de-Losne, charmante cité bourguignonne située en bord de Saône, premier port fluvial de plaisance en eau intérieure, au passé glorieux, est aimée des peintres, des vacanciers, des touristes et des plaisanciers. Nous tenons à elle, et c'est pourquoi nous avons décidé de vous parler de son patrimoine, de son histoire, des activités culturelles, associatives et sportives qui s'y déroulent. Soyez nombreux à nous lire. Merci. Pierre Marie et Michelle Guéritey

vendredi 14 novembre 2014

4e Journée Etudes Histoire et Patrimoine du Val de Saône : programme de l'après-midi

15h - 15h45 : Pierre Causeret (Esbarres)
Le cadran solaire de l’Hôtel de Ville de Brazey
Réalisé au milieu du xixe siècle, le cadran solaire situé sur le fronton de la mairie de Brazey-en-Plaine n'indique pas d'autre heure que l'heure du midi. Mais il donne deux midis, le midi vrai et le midi moyen, grâce à l'étrange courbe en huit qui y est tracée. L'heure moyenne est plus régulière que l'heure solaire vraie, et donc plus utile pour les mécanismes d'horlogerie. Les habitants venaient régler leur montre au cadran solaire.  L'heure indiquée est une heure locale, l'heure de Brazey. C'est plus tard, en 1891, que l'on décida d'adopter l'heure de Paris pour toute la France ; vingt ans après, ce fut l'heure de Greenwich.
Le cadran de Brazey donne de nombreuses autres indications comme les coordonnées de Brazey-en-Plaine, la longitude étant mesurée par rapport au méridien de Paris comme on le faisait à l'époque en France.













15h 45 - 16h 15 : Robert Michelin (Pagny-la-Ville)
D’une guerre à l’autre…
A travers deux anecdotes terribles et émouvantes, la vie de deux conscrits « ordinaires » de Pagny-la-Ville, l’un né en 1891 et l’autre en 1898, qui eurent la malchance d’être mobilisés lors des deux conflits mondiaux.





16h 15 - 17h : Patrick Chopelain (INRAP Dijon)
Les habitats mérovingiens (fin VI-début VIII e s.) de Rouvre-Marliens
De 2004 à 2011, une série de sondages  archéologiques et une fouille ont révélé la présence de plusieurs habitats du haut Moyen-âge caractérisés notamment par de très grandes maisons (de 150 à 200  m² ) en bois et argile. Le plan en rangées très organisées de ces agglomérations se différencie nettement des habitats contemporains connus par ailleurs dans le Dijonnais. Il révèle une occupation très dense et courte (150 ans au maximum) par des populations vraisemblablement spécialisées dans l’élevage de bovins et marque la dernière période d’occupation habitée de cette vaste plaine qui sera par la suite uniquement consacrée à des activités agraires. Les  villages seront désormais installés sur les pourtours de cet espace…












17h-17h 30 : Catherine Benoît (ARhial, Brazey-en-Plaine)
Un patrimoine vivant : le patois
L’association ARhial (Association de recherche historique et archéologique locale), a pour objectif entre autres la sauvegarde du patois local. Des enregistrements de contes tirés de l’ouvrage de Rémy-Joseph François, Histoire et autres histoires de ma campagne bourguignonne , ont ainsi été réalisés. Des membres de l’atelier patois viendront dire quelques uns de ces contes.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire