Saint-Jean-de-Losne, charmante cité bourguignonne située en bord de Saône, premier port fluvial de plaisance en eau intérieure, au passé glorieux, est aimée des peintres, des vacanciers, des touristes et des plaisanciers. Nous tenons à elle, et c'est pourquoi nous avons décidé de vous parler de son patrimoine, de son histoire, des activités culturelles, associatives et sportives qui s'y déroulent. Soyez nombreux à nous lire. Merci. Pierre Marie et Michelle Guéritey

lundi 17 mars 2014

Henry Ducordeaux (1846-1898), vétérinaire à Saint-Jean-de-Losne

Né à Mont-les-Seurre (Saône et Loire) : le 17 mars 1846, Antoine-Balthazard Ducordeaux propriétaire cultivateur vient déclarer son fils Gustave Marie Henry à la mairie accompagné de Jean-Baptiste Gallet géomètre et Louis Bon cultivateur.
Henry Ducordeaux est diplômé de l’école vétérinaire de Lyon à 23 ans en octobre 1869.On le trouve à Saint-Jean-de-Losne dès 1872, il loge dans une auberge rue du château ; en1876, il habite dans la maison du pharmacien Collin rue de la Liberté, puis place de laDélibération, il est voisin de Pierre Joseph Cretin marchand de bois, enfin rue du Canal (rue Joannès Rollier) où il meurt à 52 ans le 6 avril 1898, toujours célibataire.
Sur sa tombe au cimetière, se trouvait une stèle avec l’inscription,

H. DUCORDEAU
MÉDECIN VÉTÉRINAIRE
1846-1898
SES AMIS

surmontée d’un beau buste en bronze, œuvre d’Ernest Boutellier (professeur de sculpture et directeur de l’école des beaux-arts de Dijon, auteur entre autres en 1906 du buste de Joseph Garnier, conservateur des archives départementales de la Côte-d’Or).Ce monument a été érigé par les époux Cretin de Saint-Jean-de-Losne (« ses amis ») dont Henry Ducordeaux était le voisin et l’ami, place de la Délibération. Il avait sauvé la fille de ce couple atteinte d’une maladie infectieuse probablement mortelle (le croup), en pratiquant dans des conditions de fortune une intervention chirurgicale de la dernière chance qui avait sauvé la fillette…
Pierre Joseph Cretin était marchand de bois, il a été un des derniers à pratiquer le transport par flottage et à envoyer vers Lyon et Beaucaire des radeaux de troncs assemblés sur la gare d’eau. Leur fille sauvée par Henry Ducordeaux : Jeanne Marguerite, née le 25 septembre1881, (décédée en 1963) a épousé Edouard Crotet, clerc de notaire, le 15 janvier 1900, c’était la grand-mère de Madame Groche, qui nous a raconté cette histoire.
Le buste en bronze a été sauvegardé à la mairie il y a plusieurs années et la stèle restée en place au cimetière, menacée de destruction dans le cadre de l’opération en cours de reprise des tombes en état d’abandon a été démontée, l’ensemble installé au pied de l’escalier d’honneur de l’Hôtel de Ville de Saint-Jean-de-Losne.

© Texte et Photo Pierre Marie Guéritey

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire