Saint-Jean-de-Losne, charmante cité bourguignonne située en bord de Saône, premier port fluvial de plaisance en eau intérieure, au passé glorieux, est aimée des peintres, des vacanciers, des touristes et des plaisanciers. Nous tenons à elle, et c'est pourquoi nous avons décidé de vous parler de son patrimoine, de son histoire, des activités culturelles, associatives et sportives qui s'y déroulent. Soyez nombreux à nous lire. Merci. Pierre Marie et Michelle Guéritey

vendredi 27 septembre 2013

2e Journée d'études Histoire et Patrimoine: 1ère communication (Michelle Guéritey)

Détail des communications de la 2e Journée d'études Histoire et Patrimoine du Val de Saône - Samedi 19 octobre 2013 à Auxonne (Salle des Halles, 1er étage) :

10h-10h45 : Le cimetière intercommunal de Saint-Usage / Michelle Guéritey (Saint-Jean-de-Losne)
Saint-Jean-de-Losne, Saint-Usage et Echenon, qui forment une même paroisse, ont depuis longtemps un cimetière commun, exemple d'intercommunalité avant l'heure.
Le cimetière a connu plusieurs emplacements à Saint-Jean-de-Losne avant d'être transféré sur la commune de Saint-Usage en 1825.
Après l'histoire des différentes implantations, on présentera les nombreux monuments anciens encore existants dans le cimetière. Ils constituent un riche témoignage de l'art funéraire des XIXe et XXe siècles. Un inventaire de 900 tombes réalisé par nos soins, eu égard aux opérations en cours de reprise des sépultures abandonnées, a permis d’attirer l’attention des élus sur ce patrimoine, dont certains éléments doivent être absolument sauvegardés, non seulement pour leur valeur artistique mais aussi, pour certains, par la notoriété de ceux qui y sont enterrés (anciens maires, médecins, militaires...). Le cimetière est un livre d'histoire locale et d'art funéraire (avec ses nombreux symboles) qu’il faut parcourir et découvrir.


3 commentaires:

  1. il est toujours possible de faire cesser un "état d'abandon" en particulier pour une sépulture à concession perpétuelle sans descendant, qui ne présente aucun danger pour l'ordre public et que vous aurez jugé remarquable.
    Il suffit pour cela de se déclarer officiellement responsable de cette (ou ces) sépulture(s) même s'il n'y a aucune filiation et lien de famille et la mairie ne pourra s'opposer à cette action de préservation du petit patrimoine. Ce peut être une action à envisager par une association comme la nôtre. voir à ce sujet ces liens :
    http://www.senat.fr/questions/base/2005/qSEQ051019710.html
    Cela signifie que les seuls critères pour initier la procédure sont des critères de fait.
    Même si un maire a la certitude qu’une famille s’est éteinte, si la concession ne présente pas de signes extérieurs d’abandon - elle peut être éventuellement entretenue par une personne que le maire ne connaît pas - alors la procédure ne peut pas être engagée.
    voici un autre lien :
    http://www.laterre.fr/article.php3?id_article=500
    En tout état de cause, si une sépulture est entretenue parfois (nettoyée par exemple) il ne peut y avoir d'état d'abandon et donc de reprise !
    J'ai procédé ainsi pour une sépulture "remarquable" dans le cimetière de Losne et si cette notion de petit patrimoine n'existait pas, le cimetière du Père Lachaise, par exemple, serait vidé de ces magnifiques et anciennes tombes dont la plupart n'ont pas de descendants.
    A bon entendeur, salut !
    Alain Cessot



    RépondreSupprimer
  2. Merci de ta contribution, nous savons tout cela, Il ne s’agit pas de faire opposition à la reprise des concessions, mais de sauvegarder des monuments dans le cadre de la procédure de reprise. Dès maintenant, suite à notre action, plusieurs élus sont sensibles à la valeur patrimoniale de certains monuments et envisagent la conservation et la valorisation de ce patrimoine selon des modalités qui restent à définir, toujours avec un souci de coût minimum pour la collectivité ce qui est bien normal.
    Ainsi, il serait mal venu de déclencher une opposition privée ou associative à la reprise des concessions, alors qu’il n’est question que des monuments et qu’on sait bien aussi la difficulté que rencontre par exemple une structure nationale comme le souvenir Français pour entretenir les tombes des anciens combattants …
    D’ailleurs, si nous avons bien compris, (voir dans ce blog: http://saint-jean-de-losnetourisme.blogspot.fr/2013/04/eglises-de-saint-jean-de-losne-des.htm) c’est dans le cadre de la reprise des concessions en état d’abandon par la commune que le monument qui est devenu la nouvelle croix Girard a été extrait du cimetière de Losne avec l’accord de la municipalité et ainsi valorisé...
    bien amicalement
    PM Guéritey

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Pierre, je parlais d'une autre sépulture celle commune de Panckoucke et Tournouër, anciens propriétaires d'une borde à Chaugey. Cette sépulture est restée en place suite à mon action alors qu'elle était vouée et déjà marquée, pour une reprise pour cause d'abandon.
      Evidemment ce travail de vigilance doit se pratiquer en concertation et partenariat avec la mairie concernée. Heureusement la plupart des sépultures reste dans un état acceptable,un simple nettoyage de surface suffit à les valoriser de plus pour une concession perpétuelle il n'y a pas de frais de renouvellement à règler.
      Alain Cessot

      Supprimer